La Côte d’Amour, les vacances à La Baule

Sur la Côte Atlantique, la plus grande plage d’Europe (Pornichet, La Baule, Le Pouliguen) est le symbole de l’été, des vacances en famille et du soleil.

Du sable fin sur plusieurs kilomètres bordé aux extrémités de crics et de falaises, des marais-salants et un parc naturel régional nommé La Brière dans les terres contribuent au classement en 2011, de ce petit coin de France au Sud de la Bretagne, comme l’une des plus belles baies au monde.

Sommaire de la station balnéaire aux 4 fleurs ✿

1 – Saint Nazaire, le tourisme industriel

2 – Le vent du large et la nature des villes fleuries

2.1 – Les loisirs

A moins de 3 heures en TGV de Paris, la station balnéaire jouie naturellement d’une promotion indémodable assurée par plusieurs générations de vacanciers et relayée par des films cultes tel que La Baule Les Pins de Diane Kurys et de les vacances de monsieur Hulot à Saint Marc sur Mer de Jacques Tati.

Côte sauvage du CroisicMais l’essor de la Côte d’Amour et l’engouement des vacances à la mer date de l’après guerre, de la création des congés payés et de la démocratisation de l’automobile.

A cette époque de nombreux habitants de la métropole nantaise ont acheté une résidence secondaire pour se baigner, aller à la pêche à pied ou tout simplement profiter le week-end du charme d’une ballade iodée le long du littoral de la Côte d’Amour.

Après une période de construction de buildings, peu à peu les acteurs économique de cet immense espace ont compris de leurs erreurs du passé et s’engagent depuis quelques années dans une démarche de préservation du littorale et du patrimoine architectural cossu.

Hôtel sur la Côte d'Amour

Parallèlement, les collectivités investissent dans le 100% nature avec le rétablissement de chemins côtiers et l’entretien de circuits balisés pour les randonneurs.

Pour attirer une nouvelle clientèle les offices de tourismes et la chambre de commerce diversifient leur communication à l’échelle internationale sur les nombreux attraits touristiques de la Presqu’île de Guérande avec la mise en valeur de différents pôles d’intérêt.

Saint Nazaire, le tourisme industriel

Autrefois réservé aux seuls salariés du secteur industriel nazairiens, quelques sociétés proposent au public de découvrir le cœur du processus de production avec des visites guidées des chantiers navals où naissent les plus grands paquebots de croisière, le port autonome, la raffinerie de Donges sans oublier le pôle de production Airbus que vous pourrez repérer de loin par les survols du site par des bélugas.

Organisées l’été et principalement le week-end, les visiteurs peuvent ainsi découvrir les compétences multiples de ces univers aux dimensions titanesques.

Le vent du large et la nature des villes fleuries

Les plages de la Côte d'Amour

Avec une telle nature, comment ne pas tomber sous le charme et la quiétude de la Baie des communes de Pornichet, La Baule et du Pouliguen où se côtoie au coucher du soleil une clientèle chic des luxueux hôtels 5 étoiles, des promeneurs amoureux, des pêcheurs en surf-casting et des cavaliers galopant au bord du rivage.

Les loisirs

Pour d’inoubliables souvenirs, la région offre une pléiade d’activités sportive, un condensé de rires d’enfants au club Mickey et de visites culturelles.

Des vacances reposantes avec quelques journées ludiques à la découverte la citée médiévale de Guérande, des marais de Brière à bord d’un chaland et son l’architecture typique des maisons au toit de chaume et la récolte dans les marais salants de la célèbre fleur de sel de Guérande.

Et si l’envie de plonger dans les fonds marins ou de faire de la voile vous titille, des clubs où sont nés de grands navigateurs (Loïck Peyron et les frères Pageot) vous feront découvrir la faune locale et le plaisir de la navigation côtière et peut-être aurez-vous la chance de croiser un banc de dauphins au large du Croisic.

⊰✿⊱ Continuez ici à voguer en Loire-Atlantique avec une visite d’artisanat d’un métier d’excellence réputée sur La Baule et les alentours ✿⊱╮

Aidez-moi à faire connaître ce blog, merci 😉